Articles les plus lus

· Le rapport secret de l'islam Comorien .
· dérapage du journal Alwatan
· diplomatie France- Comores
· Circulaire des Nouveaux Passesports
· journée sensibilisation, à la lutte contre la drogue .

· Hommage aux Soldats Comoriens Mort pour la France.
· Condoléances à la famille Salimamoud
· " diplomatie "
· Arrivée de Tiken Jah Fakoly aux Comores
· Actu Parlementaire
· Le FABULEUX DESTIN DE HAMADA ABDALLAH
· Portrait de la semaine de ,Hamada Abdallah.
· De Mitterand à Sarkozy
· remise des lettres de Missions aux Ambassadeurs.
· " discours, du président Ikililou Nations UNies"

Voir plus 

Rechercher
Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Statistiques

Date de création : 01.09.2011
Dernière mise à jour : 24.05.2013
306articles


Derniers commentaires Blogs et sites préférés

· ridja


journée sensibilisation, à la lutte contre la drogue .

Publié le 11/09/2011 à 20:02 par hamadaabdallah Tags : fond création travail cadre divers société
journée sensibilisation, à la lutte contre la drogue .

--------------

MINISTERE

DEL’INTERIEUR, DE L’INFORMATION,DE LA DECENTRALISATION CHARGE DES  RELATIONSAVEC  LES INSTITUTIONS

 

Discoursdu Ministre de l’Intérieur prononcé par Monsieur MOHAMED EL-HAD Abbas,

Directeur de Cabinet du Ministre à l’occasion de la célébration  de « La Journée Mondiale contre la

drogue » à IVEBENI le 10 septembre 2011

 

-Monsieur le Représentant du Ministre de la Santé de l’Union des Comores,

 

-Monsieur le Commissaire chargé de la Santé de l’Ile de Ngazidja,

 

-Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Internationales

 

-Monsieur le Maire,

 

-Monsieur Président de l’Association OULEZI de Ivébeni,

 

-Honorable Assistance,

 

-Mesdames et Messieurs,

 

En organisant la célébration de la journée Mondiale contre la drogue aujourd’hui, sur le

thème de la sensibilisation à la lutte contre l’usage abusif des drogues, vous

avez choisi de traiter un sujet d’actualité qui ne peut laisser insensible

aucune famille, aucun chef d’entreprise, aucun responsable politique ou

administratif.

 

Il n’y a pas si longtemps dans notre

pays l’usage de drogue était synonyme de tare propre aux pays nantis ou

industrialisés. Mais, voici que rapidement les pays en voie de développement

dont le notre se trouvent pris dans le vertige de la consommation des

stupéfiants dont le plus connu reste dans nos régions, le cannabis ou bangué.

 

Sans doute que les Comores n’ont pas atteint le fond de l’abime. Mais déjà, l’ampleur du mal est telle qu’aucune

couche sociale ne semble y échapper.

 

Chaque Comorien est donc concerné par ce fléau  dont la presse rapporte chaque jour quelques manifestations jusqu’au plus profond village de notre pays.

 

La drogue fléau social aux Comores, est un constat qu’il faut faire  dans la mesure où, une frange de plus en plus

importante de la population comorienne fait usage de drogues illicites. Cette même frange  abuse de nombreuses

substances médicamenteuses en dehors de toute prescription et de toute surveillance médicale.

 

Usage de cannabis, appelé bangué, usage et abus de stupéfiants, et plus particulièrement les barbituriques pour ne citer que ceux là, préjudiciable pour la santé physique et morale.

 

Cette consommation n’est pas seulement le fait de quelques groupes marginalisés ou de quelques catégories socio –

professionnelles. Elle touche également beaucoup de comoriens d’origines sociales très divers.

 

Qui dis usage et consommation illégale, dit trafic. Ce trafic s’organise à partir des pays voisins notamment. Mais il y a aussi des cultures clandestines de cannabis dans notre pays. Il est donc de plus en plus urgent de tirer le signal d’alarme.

 

Ainsi devant l’ampleur du fléau, il y a une quinzaine d’années, a été créé sous l’égide du gouvernement comorien, et grâce au soutien multiformes de la coopération française, une Brigade Mixte Anti Drogue (BRIMAD) ; le Système des Nations Unies pour sa part (au travers du PNUCID et de l’ONUDC), avait pour sa part contribué à l’accompagnement  de cette lutte, par la mise en place  du cadre légal, et la prise en charge d’une partie des  formations du personnel

affectés. C’est ainsi qu’un Comité Interministériel a été créée, pour étudier le phénomène, d’essayer de le prévenir, et de s’assurer de la suite donnée aux procédures ainsi que de la destruction des produits saisis.

 

Des experts internationaux ont été donc dépêchés par le PNUD  pour élaborer avec leurs homologues comoriens, des textes de lois, ensuite s’en est suivi, l’implication de la société civile par la création de l’Association comorienne de Prévention Contre la drogue (ACPD), dont les efforts considérables et les activités menées dans le domaine des I.E.C (Information, Education, communication) ne sont plus à démontrer par l’abnégation dont cette ONG fait preuve sur le terrain grâce à leur implication dans le domaine de la Prévention, de la sensibilisation et des formations socio culturelles qu’elle prodigue ; pour preuve le partenariat qui a été mené entre cette association et le Ministère de l’Intérieur, qui à deux reprises dans un passé récent a parrainé deux de leurs formations  de ‘’Formateurs Relais Anti Drogue’’ en validant les certificats remis aux participants. De même mes prédécesseurs, toujours

avec le partenariat de l’A.C.P.D, ont à deux reprises et toujours avec le soutien de la coopération française et du PNUCID, organisé des ateliers de travail et des séminaires sur le problématique de la drogue dans notre pays.

Les formations prodigué par l’ENFAG, comme ceux auxquelles mon  département fait bénéficier à nos agents de

la BRIMAD  au niveau international, notamment grâce à la l’Ambassade des U.S.A à Madagascar, à l’ILEA du Gaborone,

mais aussi  au port de Moroni,  auraient sans doute contribué à affûté  le flair et le savoir faire de nos agents des

services de l’Ordre.

 

Le résultat de leur travail apparait dans nos statistiques des années 95 à nos jours, soit près de 09 tonnes de cannabis sous toutes ses formes saisis sur le territoire nationale.

 

Rien qu’au cours des six dernières années allant de 2006 et 2011, 1687,37 kg de cannabis, ont été saisie sur le

territoire national, Pour cette année 2011, rien que pour 10 affaires traitées, la BRIMAD à interpelée une quarantaine de personnes, et résolus 06 affaires pour une quantité de 191,10 kg de cannabis. Soit une moyenne de 500 kg de

cannabis en moyenne saisi annuellement sur la seule île de Ngazidja.

 

Ces statistiques font ressortir  que les trafiquants sont  de plus en plus des comoriens qui complotent avec des étrangers, à l’inverse des consommateurs qui sont pour la plupart des  comoriens dans la proportion de 85 à

95%.

 

Le Ministère de l’Intérieur, dans le cadre du plan quinquennal du Gouvernement, auquel Le Président de l’Union des Comores son Excellence Le Dr Ikililou Dhoinine, vient de nous adresser les lettres de

missions, nous  a conduit à mettre en place dans les jours à venir, une commission chargé d’étudier le problématique

de l’insécurité dans notre pays. C’est ainsi que l’élaboration d’une politique nationale de lutte contre la drogue a été envisagée dans cet ordre d’idée. Un travail préliminaire a déjà été élaboré, devant permettre d’étudier tous les

problèmes posés par l’insécurité dans notre pays d’une part et faire des suggestions au gouvernement par l’intermédiaire de mon département.

En mettant en place une Politique nationale de lutte contre la drogue, le gouvernement comorien entend revoir toutes les paramètres de cette lutte, allant du cadre légal au cadre structurel, et comme je vous l’ai déjà souligné de sensibiliser la population comorienne aux problèmes graves que constitue la drogue dans notre pays.

 

C’est ainsi que cette commission regroupera des représentants ou personnalités de la société civile, les forces de l’ordre, et divers organisations. Ce sera le premier pas d’une action en profondeur sur l’ensemble du territoire afin de canaliser tous les efforts vers un même but qui est la lutte concerté au travers d’un comité interministériel de lutte

contre la drogue.

 

La lutte contre la drogue est une œuvre de longue haleine. C’est une œuvre qui  requiert  de la ténacité et de la constance, et souvent les résultats obtenus sont loin d’être spectaculaires. Mais cela  n’autorise pas à penser que l’usage de plus en plus répandu des drogues procède d’une quelconque fatalité impossible à vaincre, ni même à estimer  que les nombreux cas de drogués  rapportés chaque jour par notre presse constituent un corolaire de notre progrès.

Mais si la lutte requiert une intervention permanente des pouvoirs publics, il est évident qu’une fois encore, l’état ne peut pas tout faire. L’initiative privée ici, comme en d’autres domaines, s’avère essentielle à la réussite de l’action de l’autorité publique tant sur le plan de la prévention que du traitement et de la réinsertion sociale des victimes du fléau, d’où la reconnaissance de mon département au efforts considérables déployés tous les jours par l’Association

Comorienne de Prévention Contre la drogue( A.C.P.D).

 

Puissent donc les résultats de cette journée, en contribuant à une prise de conscience de nos concitoyens des dégâts

causés par le mal qu’est l’usage des drogues, déboucher sur des solutions tendant sinon à enrayer ce mal, du moins à l’endiguer de façon notable.

Pour finir, je saisie cette opportunité pour remercier nos partenaires bi et multisectoriel pour le soutien qu’ils ont toujours témoigné au gouvernement comorien dans ce combat. C’est ainsi que je tiens donc à remercier  toutes les institutions  publiques et privées et tous ceux qui s’évertuent, à chaque maillon de la chaine toxicologique, notamment l’école de santé, l’ACPD et la BRIMAD, ainsi que la coopération française, américaine, l’O.M.S et le

PNUD à Moroni pour endiguer l’extension du phénomène.

 

Je vous remercie

Abbas- El Had

Directeur de Cabinet Ministre de l'intérieur et de l'information.

(webmaster Mourid , source Ministère de l'intérieur ).




DERNIERS ARTICLES :
l' Actu du Ministère"
Photos de la Mission du directeur de cabinet du Ministre de l 'Intérieur en Chine .
"visite du Directeur de cabinet en Chine".
Le Directeur de Cabinet du Ministre  de l 'Intérieur Abbas  Mohamed El Had à eu plusieurs échanges positif lors de son voyage offcielle en chine avec les plus  grandes au
hamada abdallah la référence politique
Hamada  Abdallah est une référence politique  comorienne  nous lui devons  tant de choses depuis son arrivée  à  ce ministère si sensible   ! réfection des commissariat d
merçi a Hamada Abdallah !
Hier sur les ondes de la radio National  nous avions puis  être  très attentif  à l’entretien du commissaire  principal Daroueche  responsable de la  brigade des mœurs  
Prtrait de la semaine sur Abbas el Had
Abbas El Had  un excellent, Dircab Notre portrait de la semaine   se consacre au Directeur de cabinet du Ministère de l’Intérieur  de l’Union des Comores. Abbas-El Had